La Chambre d’agriculture met en œuvre divers services et outils pour accompagner les agriculteurs vers des pratiques plus économes en PPUA :

  • le Groupement de Défense Sanitaire du Végétal (GDS-V) de la Chambre d’agriculture est un dispositif humain et technique permettant de réagir rapidement et efficacement à une alerte sur les productions végétales. Les agents du GDS-V (3 ingénieurs et 4 techniciens) animent un réseau d’épidémio-surveillance des ravageurs et des cultures, soit 38 exploitations suivies régulièrement, ayant permis d’effectuer 3 000 observations en 2016. Ils disposent d’un véhicule équipé, le Labovert, pour réaliser sur le terrain le diagnostic de maladies et l’identification des ravageurs. Ils prodiguent des conseils de gestion, éditent des bulletins d’information sur la santé des végétaux (BSV) et les PPUA (PPUA Info), des guides de reconnaissance, et mettent en œuvre des expérimentations innovantes chez des agriculteurs, comme le test de filets contre les papillons piqueurs, l’argile kaolinite contre la punaise de l’avocatier…

En savoir plus sur le GDS-V : http://www.canc.nc/productions-vegetales/gds-v.html?access=cnthyhqodabirdx 
Bulletin de santé du végétal : http://www.canc.nc/productions-vegetales/bsv.html 

  • l’étalonnage des pulvérisateurs est réalisé par des techniciens de la Chambre d’agriculture, directement chez les agriculteurs volontaires, pour que ces derniers puissent réaliser des applications précises (orientation de la cible, respect de la dose, gestion des effluents,…).
  • les formations Certiphyto sont dispensées auprès des agriculteurs sur l’ensemble des communes de Nouvelle-Calédonie. Elles permettent aux agriculteurs d’obtenir un certificat qui atteste de connaissances suffisantes pour utiliser les PPUA en sécurité et en réduire leur usage. Le programme de cette formation porte sur la reconnaissance des ravageurs, les méthodes alternatives, la réglementation et les bonnes pratiques vis-à-vis de la santé des applicateurs, des consommateurs et la protection de l’environnement.Tous les professionnels exerçant une activité en lien avec les produits phytopharmaceutiques (agriculteurs, importateurs, revendeurs), quel que soit leur statut ou leur secteur d’activité, auront l’obligation de détenir le Certiphyto d’ici 5 ans (2022).

En 2013, la Chambre d’agriculture a publié le premier guide phytosanitaire de Nouvelle-Calédonie pour rendre accessible les informations concernant l’utilisation des produits phytosanitaires.

la Chambre d’agriculture entretient également un réseau de partenaires engagés dans les bonnes pratiques agricoles, à l’international via :

  • l’animation d’un réseau de fermes de démonstration en agriculture biologique dans les territoires français d’Océanie (NC, PF et W&F) dans le cadre du projet INTEGRE (CPS),
  • l’implication dans les réseaux d’innovations agricoles des DOM (réseau RITA).

En savoir plus sur INTEGRE : http://integre.spc.int/actions-regionales/agriculture-biologique
Réseau RITA : http://coatis.rita-dom.fr/wakka.php?wiki=HomePage 

No Comment

You can post first response comment.

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.