Un pays se base sur la composition du régime alimentaire de ses habitants pour fixer ses LMR, afin de prendre en compte un potentiel risque de bioaccumulation des substances actives. Bien que les régimes alimentaires soient très différents entre la Grèce et la Finlande, les pays membres de l’Union Européenne ont adopté les mêmes LMR. Cette harmonisation a permis d’éviter les problèmes de non-conformité entre produits alimentaires en provenance de différents pays membres, dans le marché communautaire de libre-échange. L’Australie et la Nouvelle-Zélande ont défini leurs propres LMR en tenant compte des spécificités des régimes alimentaires de leurs populations respectives.

No Comment

You can post first response comment.

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.